Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 2 décembre 2007

Ca y est j'ai 30 ans !

Le 15 Décembre, le jour de souffler mes 30émes bougies.

samedi 1 décembre 2007

Le Cap Vert

Six jours et demie après notre départ de Hierro, avec une navigation venteuse au portant mais très agréable, nous apercevons l’île la plus Ouest du Cap vert Santo Atao. C’est Sao Vicente, juste en dessous, que nous avons choisi pour faire notre entrée. Après des formalités vite expédiées avec les autorités de Mindelo nous voici donc sur les terres du Cap vert (découvertes à priori dans les années 1400), petit morceau d’Afrique de l’Ouest détaché du grand continent. Les alizés courants d’Est en Ouest sont bien installés en cette saison d’hiver et bien appréciables pour pouvoir se déplacer sans l’aide du moteur et profiter du soleil sans avoir trop chaud. Sao Vicente est l’île la plus habitée du Cap Vert, le mélange de la population y est frappante et le coût de la vie, pareille qu’en Europe, laisse place à la pauvreté et à la délinquance. Les habitants sont très accueillants et l’on peut profiter de la douceur de la musique Cap verdienne en se baladant le soir dans les cafés…

Voici venu le tour de Boa Vista que nous atteignons après 3 jours de navigations au près serré avec parfois des rafales à 50 noeuds entre les îles… Le résultat fut la cadène qui tient l’étai de trinquette cassée avec en prime une petite déchirure dans la voile au passage !! Boa vista n’a pas de port avec pontons et électricité mais grâce à la bonne volonté et la solidarité des gens de mers j’ai pu ressouder ce problème en utilisant le quai et 100 mètres de rallonge électrique. Boa vista apparaît comme une carte postale avec ces magnifiques plages de sable blanc et de morceaux corallien. Les constructions pour le tourisme sont bien démarrées et de nombreuses grues et bétonnières font parties du décor actuel. Les vents d’allizés, presque permanents à cette saison de 25 nœuds soufflent du secteur E ou NE sont très propices aux activités nautiques et l’on peut voir beaucoup de skysurfeurs et de planchistes venus passer quelque jours au soleil et profiter de la bonne brise. A l’arrivée des pécheurs locaux on peut acheter directement toutes sortes de poissons dont du Whaou, un poisson de la taille d’un thon, qui aime bien fréquenter les eaux Cap verdiennes (certainement moins leur pécheur !) Les habitants y sont vraiment très chaleureux et nous sommes restés sur cette île presque 3 semaines au total avec un très bon souvenir.

Un peu plus haut se trouve l’île de Sal avec son aéroport international. C’est ici que nous avons récupéré mon frère Jordane venu profiter de la chaleur assez manquante à cette période en France (je n’insisterais pas la dessus) Sal est beaucoup plus habitée et aménagée pour le tourisme que sa voisine Boa Vista. Nous y sommes restés quelques jours faire un peu de plongée puis nous avons mis le cap à l’Ouest en direction de Sao Nicolau. Nous avons été enchanté par la beauté de ses décors. Merci Ennie de nous avoir accompagné toute une journée dans le 4x4 malgré ton grand age et la maladie pour nous faire decouvrir ton île d’adoption Sao Nicolau. Alors toi qui a fait le tour du monde, toi qui a vu tant et tant d’îles tu es tombé amoureux ! Comme pour te justifier tu disais « regarde ces montagnes aux formes mystérieuses ici l’ours, la le grand sorcier , perd toi dans la brume du Monté Gordo aux pieds des eucalyptus et des plantes que tu ne rencontreras nulle part ailleurs, regarde mieux chaque roche où s’écrase la mer , chaque roche et chaque poussière ici est l’esprit de la création et ce peuple , ce peuple si charmant et si humble, rencontre le aussi. » Nous avons quitté Ennie sur un dîné princier haut en couleurs, festin de poisson et de légumes locaux magnifiquement présentés en écho aux natures mortes hollandaises qui ornaient les murs du salon . Quelques jours plus tard, nous étions en route pour Sal, symbole de l’aéroport pour Jordan et de la fin de l’aventure Cap Verdienne qui aura durée presque deux mois pour nous.

Les Dorades Coryphène entre Les Canaries et Le Cap Vert

Il y en aura pour tout le monde !

Lire la suite