Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 21 mars 2007

Espagne, Portugal été 2006

Magnifique baie à côté de Bayona ou la Mandragore a trouvé le repos un instant.

La saison 2006 a été projetée sur la Corogne et le Portugal du fait du peu de temps à y consacrer. L’équipage se composait de moi-même et de Virginie, la descente du G.de Gascogne s’y est trouvée assez fatiguante, navigation au vent arrière avec un peu de houle.

Arrivé sur la Corogne nous avons pu profiter de cette magnifique côte et de tous les abris qu'elle peut offrir aux navigateurs. Nous sommes descendus jusqu'à Porto après avoir fait pas mal de petite halte visite dans les nombreux sites très accueillants qu’offre tout du long cette façade sur l’atlantique nord.

La remontée du Golf de Gascogne ne fut pas des plus faciles, en effet bloqués à cause du mauvais temps dans le port de Camarinas depuis 7 jours il commençait à être bien temps de repartir pour le travail et lorsque nous avons pris la mer pour traverser la zone Finisterre les rafales de Nord Est atteignaient fréquemment 50 nœuds !

Ainsi la robustesse du voilier et de l’équipage fut mise à l’épreuve et se fut un bon test pour mesurer la réaction du voilier dans une mer bien formée avec beaucoup de vent.

vendredi 16 mars 2007

Transat 2005 (Dorade coryphène et baracuda)

Arrivée sur Faial (îles des Acores) aprés 27 jours de mers la pêche n'as pas été des plus mauvaise:

Dorade coryphène

Baracuda pris par tonton au large de Graciosa

Après avoir récupéré le voilier en Martinique reconditionné et préparé aux grands voyages par les bons soins de Arnaud. (L’ancien propriétaire)

La mandragore a pu s’élancer de Guadeloupe le lundi 1 août 2005 avec à son bord, bien sur le capitaine, skipper, armateur, propriétaire, pêcheur, photographe, rédacteur,…moi-même, accompagné de son spécialiste homme de toutes les situations tonton Robert pour une transat via les Accores.

Il nous aura fallu 27 jours pour rejoindre Horta et le Peter Café installé depuis plusieurs générations sur l’île de Faial après tout de méme au préalable avoir sorti 3 belles dorades Coyphénes et quelques autres petits poissons de ce grand océan désert.

Cette transat qui est partie un peu tard des Antilles pour la saison (risque de cyclone) a été en définitif assez lente du fait de la faiblesse des vents rencontrés mais quelle joie de se retrouver ainsi avec autant de soleil et une si grande « piscine » autour de soi !